Grève des contrôleurs aériens de France : un seul vol d’Air Algérie annulé

Grève des contrôleurs aériens de France : un seul vol d’Air Algérie annulé

PARIS- Un seul vol d’Air Algérie (AH 1010), qui devait assurer la ligne Alger-Paris, a été annulé mardi sur les 14 vols de la compagnie algérienne de et vers la France, suite à la grève des contrôleurs aériens français, a appris l’APS de la représentation de France.

« Un seul vol a été annulé, c’est le AH 1010, et les passagers ont été tous pris en charge par la compagnie », a expliqué Hadj Rabia Abdenacer, représentant général d’Air Algérie en France.

« Les passagers du vol annulé ont été résorbés dans les autres vols, en tenant compte de leur souhait », a-t-il ajouté, soulignant qu’il n’y a eu « aucun problème » dans la gestion de cette situation.

En raison de la grève de la fonction publique pour l’emploi et les salaires, relayé dans l’aérien par les deux premiers syndicats d’aiguilleurs, la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) avait demandé lundi aux compagnies d’annuler préventivement 20 % de leurs vols.

« La situation est normale par rapport à ce qui était annoncé, à savoir qu’il y a un vol sur cinq qui a été annulé », a indiqué mardi le porte-parole d’Aéroports de Paris (ADP).

En ce concerne les compagnies, Air France a indiqué être « en mesure » d’acheminer l’intégralité de ses clients sur le réseau long-courrier et d’assurer « plus de 80 % » de ses vols court et moyen-courriers en France et en Europe.

De son côté, easyJet a annulé 35 vols essentiellement nationaux, mais aussi à destination ou en provenance de la Suisse, de l’Italie et de l’Espagne, alors que la compagnie Low Cost, Ryanair, a déprogrammé plus de 200 vols.

Les deux syndicats de l’aviation (SNCTA et Usac-CGT) ont appelé à faire grève dans le cadre de l’appel général lancé par plusieurs syndicats de la fonction publique.

Attachés à leur régime spécifique de primes, qui représentent plus de la moitié de la rémunération des aiguilleurs, les syndicats de contrôleurs aériens réclament d’être exclus de la refonte du système de prime de la fonction publique, dénonçant également les suppressions d’effectifs opérées ces dernières années dans leur corps, de l’ordre de 1.000 postes supprimés en moins de 10 ans.

 

 

Source : Algérie Presse Service

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continuant votre visite sur notre site, vous autorisez l'utilisation des cookies. Ces cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Plus d'informations

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close